FAUCONMESPLIX...

Bon-sens et logique sur des questions de société inspirées de l'actualité...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Derniers sujets
» La récupération de l'énergie...
Mer 12 Juil 2017 - 19:01 par Admin

» Jeu de cartes
Jeu 29 Déc 2016 - 11:53 par Admin

» Puericulture: Baignoire pour bébé
Lun 19 Déc 2016 - 10:33 par Admin

» Wifi gratuit sans abonnement
Lun 19 Déc 2016 - 9:59 par Admin

» Les grandes villes
Dim 10 Juil 2016 - 11:23 par Admin

» La déroute agricole
Mar 1 Mar 2016 - 11:41 par Admin

» Education nationale... Mode sans échec...!
Mar 23 Fév 2016 - 10:33 par Admin

» bonjour à tous !
Mer 25 Nov 2015 - 11:52 par PIERRAL

» La menace territoriale: DAECH
Dim 15 Nov 2015 - 11:00 par Admin

Juillet 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      
CalendrierCalendrier

Partagez | 
 

 La pousuite infernale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 19/11/2013
Age : 67

MessageSujet: La pousuite infernale   Lun 10 Aoû 2015 - 19:03

La poursuite infernale


Dans ma « carrière » de scène, j’ai été confronté à quelques difficultés, lors de quelques représentations, dus à des personnels de régie peu ou pas expérimentés (ou pire): La musique ne démarrait ou ne s’arrêtait pas au bon moment… l’éclairage ne suivait pas…

J’avais, donc, décidé de « sécuriser » mes prestations en maitrisant l’ensemble de mes numéros.

Pour le son,
après avoir disposé un dispositif poussoir qui s’allumait en vert, au pied du micro, pour dire qu’il fallait lancer la musique et passait au rouge quand il convenait de l’arrêter (ce qui requiert l’attention permanente du régisseur, mais n’est pas très esthétique pour le public qui se pose des tas de questions –« Quand est-ce que ça explose ? »), je passais à un système plus complet mais plus sûr :

- Un lecteur de cassettes (ou CD par la suite) dont le bouton « Pause » était commandé (raccordé) par un poussoir au pieds du micro : Je mettais en route ou j’arrêtais à volonté (Pause..pas-Pause..) et pouvais digresser avec le public ou faire des apartés ;

- Le lecteur relié à la régie de scène de l’établissement par un câble adapté (et tous les adaptateurs de connecteurs existants)
Le son partait directement à la régie et je faisais ce que je voulais.

Par la suite, j’utilisais une petite table de mixage et reliais le lecteur et MON micro à cet appareil pour équilibrer moi-même, musique et voix.

La régie recevait, directement, le signal mixé.

Le tout dans un petit chariot à roulettes noir glissé derrière le rideau cours ou jardin. 1kg tout au plus à porter.

Pour la lumière, c’était plus complexe…
Mes prestations étant assez statiques, les petites salles m’offraient du plein-feux efficaces et les grands espaces réduisaient le champ visuel grâce un projecteur qui enveloppe l’artiste au centre d’un cercle de lumière : la poursuite.

Son nom indique qu’un technicien expérimenté oriente, en permanence, le faisceau, y compris quand le sujet se déplace, ...à sa poursuite.

"Sauf que"… quand il n’y a qu’un régisseur pour le son et la lumière, il cale la poursuite au centre, au début, puis part vaquer à ses obligations ailleurs.

Impossible de se déverrouiller de ce fichu pied de micro, sauf à plonger dans les ténèbres du reste de la scène.

Alors, j’inventais « la poursuite infernale à tête chercheuse ». (Ça fait peur ?):

Le principe est simple :

- Un émetteur (1,4 MHz), à ma ceinture, émet un signal à 135 KHz (suffisamment spécifique pour ne pas être confondu avec un bruit de phase ou autre);

- En fond de salle, en régie lumière, un double récepteur capte ce signal par deux antennes distantes d’environ 1 m.;

- Un dispositif compare la puissance des signaux reçus pour savoir dans quelle direction je me trouve;

- Un moteur d'asservissement oriente l’axe de rotation de la poursuite dans cette même direction.

Ainsi, la poursuite me suit toujours.


Inconvénients ?

- Ça fait un emploi en moins dans le théâtre… mais, il ne pouvait pas se le permettre de toute façon;

- Il me fallait investir dans MA poursuite pour arriver avec un instrument déjà automatisé, et ne pas bricoler celle de l’endroit (qu’on ne m‘aurait pas laissé toucher);

- Il fallait venir installer bien avant le spectacle car cela ne peut pas se faire et se régler en cour de gala, et ne récupérer l’engin qu’après la fin. Donc, impossible de « doubler », c'est-à-dire, enchaîner plusieurs prestations à la file.

Donc, réservé à des scènes moyennes, ayant peu de moyens techniques, mais pour un public qui n’y est pour rien et qui a le droit à du travail de qualité, comme les autres !

L’idée m’en est venue en voyant des orateurs avec deux micros écartés devant eux : renseignements pris, un système de « balance » équilibre les deux micros : le son le plus faible (loin) monte le volume, le son le plus fort (près) le baisse, et l’auditeur bénéficie d’un son de puissance égale, même si le beau parleur tourne la tête par moment.

Bien sûr, on peut imaginer d’autres applications de ce système à tête chercheuse, le pilotage azimutal des panneaux solaire, par exemple, qui augmenterait leur production de 60%...

Je ne crois pas que mes solutions aient été industrialisées et commercialisées depuis.

Bien plus tard (très tard), je concevais un système de gestions standardisées des lumières, en intégrant, à la gravure d’une musique de scène, des codes informatiques qui commandaient les différents projecteurs et fournissait une mise-en-lumière liée au CD-ROM et imperturbable, puisque conçue en studio.

Imaginez un ensemble de salles équipées d’un lecteur compatible, et votre spectacle, de ville en ville, ne dépend plus du sérieux ou de l’insouciance de la régie…

Ce dernier projet, bien que mes prototypes fussent opérationnels (software et cartes électroniques), avorta quand les concepteurs de PC supprimèrent la prise Printer qui me fournissait une multitude de codes possibles.

Cela reste, pourtant possible en Bluetooth, RS232, DMX ou autre mode de transfert.

J’ai laissé tombé, n’ayant plus l’âge de me lancer dans une aventure d’une envergure prometteuse, et interrompant ma « carrière » pour une nouvelle appelée Retraite…

Sinon,
Fauconmesplix.

PS : ce document s’impose comme preuve d’antériorité si quelqu’un voulait en tirer partie sans que je ne sois convié à m’amuser aussi.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fauconmesplix.forumactif.org
 
La pousuite infernale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Tour Montparnasse infernale
» Help... spirale infernale du conflit
» mon fils de 3 ans est infernale !!!!
» Help......... mon fils est infernal :'(
» Prochain patch pour l'équilibrage des armes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FAUCONMESPLIX... :: Mes inventions sans issue... parfois.-
Sauter vers: