FAUCONMESPLIX...

Bon-sens et logique sur des questions de société inspirées de l'actualité...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Derniers sujets
» La récupération de l'énergie...
Mer 12 Juil 2017 - 19:01 par Admin

» Jeu de cartes
Jeu 29 Déc 2016 - 11:53 par Admin

» Puericulture: Baignoire pour bébé
Lun 19 Déc 2016 - 10:33 par Admin

» Wifi gratuit sans abonnement
Lun 19 Déc 2016 - 9:59 par Admin

» Les grandes villes
Dim 10 Juil 2016 - 11:23 par Admin

» La déroute agricole
Mar 1 Mar 2016 - 11:41 par Admin

» Education nationale... Mode sans échec...!
Mar 23 Fév 2016 - 10:33 par Admin

» bonjour à tous !
Mer 25 Nov 2015 - 11:52 par PIERRAL

» La menace territoriale: DAECH
Dim 15 Nov 2015 - 11:00 par Admin

Juillet 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      
CalendrierCalendrier

Partagez | 
 

 Scolaire, bureau: La Faucongraphie....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 19/11/2013
Age : 67

MessageSujet: Scolaire, bureau: La Faucongraphie....   Lun 10 Nov 2014 - 14:50

La Faucongraphie


Alors que j’étais en terminale, nos profs d’histoire-géo et philo avaient décidé qu’ils ne nous donneraient plus de phrases à retenir ou à recopier, mais qu’ils feraient leurs cours « normalement » et que nous devrions nous débrouiller à prendre des notes.

Le but, très louable, était de nous habituer à la prise de notes « à la volée », car « en fac, on ne vous dictera pas ce que vous devrez retenir ».

L’exercice consistait, donc, à affûter notre discernement et savoir en retranscrire le contenu pour apprendre à la maison.

Super…

Sauf que… il n’est pas évident de tout écrire car, la phrase passée, un concert de « qu’est-ce qu’il a dit ? » résonnait dans la salle de classe.

J’essayais (comme tout le monde) d'abrévier, de symboliser,…. Ce n’était pas suffisant. J’avais toujours une ou deux informations de retard…

Par exemple, après avoir épuisé les +, -, >, <, &, et autres signes mathématiques, j’ajoutais :

---> pour « va » ou « vers »…
===> pour « entraîne », ou toute conséquence
Mais aussi,
---.---> pour « pense », ---'--> pour « veut », et ---:--> pour  « il faut » ou « doit ».

Mais, encore insuffisant.
Bien sûr, j’aurais pu apprendre la sténo… 2 ans pour la maîtriser…. Donc, niet.


Alors, n’écoutant que mon bon sens (lol) et ma logique, j’entreprenais d’ « inventer » un système d’écriture « à moi ».

Étant donné que les cours donnés étaient oraux… je m’intéressais aux phonèmes.

Et je vous livre ici ma méthode : Associer un SON à une SONORITÉ.

Pour bien comprendre, il faut OUBLIER l’écriture syllabique pour entrer dans une représentation phonémique.

Les SONS, je les représenterai par des consonnes de l’alphabet, donc, connues et sans équivoque.

Ainsi, je ne retenais que le SON de la consonne, prononcée comme en maternelle, aujourd’hui, donc, que l’accroche : b (b’),.. p (p’)…

Attention :
- c, k et q ne devenaient que le SON « k’ », quelque soit l’écriture syllabique, et se représenterait par c
- z et s entre deux voyelles, ne devenaient que « z’», quelque soit l’écriture syllabique, retranscrit en z
- s se prononçait « s’ » qu’il s’agisse de "ce", "se" ou "sse" en écriture syllabique (nous parlons bien de phonèmes)
- j se prononçait « j’ », même s’il s’écrivait « ge » en syllabique
- g se prononçait  « gu’ » en toute circonstance
- et  y se prononçait « y'e » même pour une écriture syllabique « ille ».

Ainsi, ma « Liste de SONS » devenait :

B, C (« k’ »), D, F, G (« gu’ »), J, L, M, N, P, R, S (s’ »),  T,V, X, Y… Ce qui réduit énormément l’alphabet habituel, 16 lettres au lieu de 26.

Restait à attribuer une SONORITÉ à chaque SON (et ne me parlez pas de voyelles et de consonnes, nous ne sommes pas dans le même concept)

Copiant sur quelques principes évoqués de la sténo, la prononciation d’un son devait se faire « neutre » (comme à l’école) : P’e pour « P»

Je mettais un point dessus pour lui donner la SONORITÉ « i », un accent aigu pour la SONORITÉ « é », grave pour la SONORITÉ « è ».
L’accent circonflexe devenant libre (déjà exprimé par è), je lui attribuais la SONORITÉ « ou ».

Enfin, un tiret posé sur le SON lui donnait la SONORITÉ  « an » ou «on » que le contexte rétablirait.

Il ne m’était pas interdit de « mêler » des signes à cette « écriture » et  la SONORITÉ « un » devenait naturellement  le chiffre « 1 » posé sur le SON.
Ainsi, "Ainsi", se retrouvait transcrit en « 1s », un point sur le « s » (impossible à écrire ici: Voir exemple)

Demain, en « Dm » un tiret posé sur le « m » (et pas Démon car il y aurait un accent sur le D)

Restait à résoudre deux problèmes :

- Les SONORITES  « isolées », c'est-à-dire non-liées à un SON, soit parce qu’elles débutent un mot, soit par effet de diphtongue interne au mot: Ce serait  un tiret bas « _ », à ne pas confondre avec « - » (on ou  an)

- Les « Prises » : c’est ainsi que je dénommais les SONS à prononcer ensemble, comme TR, PR, BL, SPR,…. Pour assurer cette « prise », je les reliais par un trait horizontal, réalisant ainsi, une « prise » des deux SONS. PR  ne se prononçait pas pere mais bien « PR »

- Cas particulier du SON « CH » : J’avais deux solutions sans préférence particulière, sauf d’usage :
   o Prendre le « C » et le barrer, comme une « prise » avec un SON qui n’existe pas : C
   o Soit, réintroduire le « H » à cet effet, plus pratique si une prise suivait ou précédait. Il se prononcerait, donc, « CH ‘ ».

Ne disposant pas de polices adaptées, j’introduis mes exemples sous forme d’images avec quelques exemples :



L’apprentissage se fait en quelques heures car il fait appel à des notions et signes connus.

Il suffit, juste, d’oublier l’écriture syllabique et de déstructurer le mot en phonèmes.

Je ne vous dis pas la tête du prof qui passait dans les rangs pour « contrôler » que nous prenions bien nos notes…
Et celle de mes copains qui galéraient alors que j’avais déjà le stylo en l’air...

Aussi, plusieurs m’ont demandé de leur « apprendre ».

En études supérieures (école et non fac), un quart de la classe se mit à pratiquer cette transcription, et les profs ont dû s’y mettre pour nous relire par-dessus l’épaule…

Bref, comme un langage SMS, avant l’heure…

Aujourd’hui, ce n’est plus qu’un jeu pour mes anciens copains retrouvés par le net et moi-même….

C’est comme le vélo, ça ne s’oublie pas….

Amusez-vous bien, traduisez cet article,


Corrigé sur demande.

Fauconmesplix…

.
PS : A l’époque, cela ne s’appelait pas Faucongraphie, mais d’un dérivé de mon patronyme réservé à mes « anciens »…. Si vous en êtes, mettez un mot… Merci
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fauconmesplix.forumactif.org
 
Scolaire, bureau: La Faucongraphie....
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Election du Bureau National des Jeunes Démocrates - Collectif Motivés
» recherche modèle de contrat (avec dérogation scolaire)
» Pétition à Marrakech contre le bureau syndical
» Pétition pour le maintien des Auxiliaires de Vie Scolaire
» petit bureau d'enfant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FAUCONMESPLIX... :: Mes inventions sans issue... parfois.-
Sauter vers: